Hong Kong: Objectif Zéro déchet en ville et à la maison

Hong Kong, l’une des villes les plus denses au monde, risque de se retrouver bientôt ensevelie sous les déchets, en plus de suffoquer dans la pollution. Ses 7 millions d’habitants jettent environ 16.000 tonnes d’ordures par jour dans des décharges qui seront saturées d’ici quelques années. Pour ralentir l’accumulation de ces immondices, et en dépit d’une action politique jugée trop timide par les ONG, une poignée d’individus, de blogueurs et de médias alternatifs s’évertuent à rendre les pratiques éco-responsables à la mode.

Parmi ces initiatives, l’asbl Cleanup Hong Kong et le magazine local Ecozine ont inauguré, début juin 2015, la première édition de la Zero Waste Week. Une semaine destinée à encourager les actions concrètes anti-déchets tant au niveau individuel que collectif.

Durant ces sept jours, plusieurs milliers d’écoles, d’entreprises et d’individus de l’ancienne colonie britannique se sont engagés à réutiliser leurs sacs de courses, remplacer leurs bouteilles en plastique jetables par des bouteilles réutilisables, emporter leurs propres baguettes/couverts et refuser les jetables, utiliser du papier de brouillon ou recyclé, participer à un compost collectif, etc.

« Nous voulons que les gens relèvent le défi en s’amusant, qu’ils y voient un challenge« , explique Nissa Marion, à l’initiative de la Zero Waste Week. « L’objectif Zéro déchet prendra du temps, certainement des années à Hong Kong. Mais d’autres villes sont sur la bonne voie comme San Francisco, qui recycle déjà 80% de ses déchets, et nous prouvent que c’est faisable », poursuit-elle, espérant réitérer l’événement chaque année.

Le défi est néanmoins de taille pour cette ville aux 7.000 gratte-ciel, où les centres commerciaux essaiment à chaque coin de rue et la restauration à emporter règne en maître. Rien que lors des repas, les Hongkongais, dont une grande partie vivent dans des logements sans cuisine faute de place, produisent une quantité de déchets astronomique.

La situation est même en train de se détériorer pour le plastique: en 2014, seuls 5% des produits plastiques étaient recyclés, contre 25% en 2005, selon des chiffres officiels.

Refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter

Tels sont les mots d’ordre d’une famille de Hong Kong qui adhère au mouvement « Zero Waste, lancé en 2008 par Bea Johnson.  Claire Sancelot, son mari et ses trois enfants appliquent ces principes à la lettre et ont déjà une bonne longueur d’avance dans la course à la réduction des déchets. Depuis cinq ans, ils ne produisent plus qu’un demi-seau d’ordures ménagères par semaine.

Claire partage ses expériences et suggestions sur un blog qui a attiré l’attention de la presse internationale pour ses judicieux conseils répartis en fonction des tâches quotidiennes et des différentes pièces de la maison.

« Nous avons changé notre façon de jeter après la naissance de notre fille aînée. Un bébé génère beaucoup de déchets dans une maison. C’est pourquoi nous avons décidé d’acheter systématiquement des couches et des lingettes lavables. Ensuite, on s’est pris au jeu, et petit à petit on a remplacé tout ce qui était ‘jetable’ dans la maison par du ‘réutilisable’ », mexplique-t-elle, enthousiaste et désireuse de partager son art de vivre.

Avec quelque 2.700 personnes qui la suivent sur Facebook, cette Française expatriée à Hong Kong vise à encourager les comportements éco-responsables dans une ville pourtant davantage tournée vers la croissance économique que les questions environnementales. « Les autorités sont trop lentes à réagir face aux défis posés par le réchauffement climatique. Mais le message commence à passer, les gens sont de plus en plus réceptifs. A notre niveau, nous avons le pouvoir de changer les choses en choisissant les produits que l’on achète et en consommant de manière responsable. Le respect de l’environnement débute à la maison », estime-t-elle.

Procéder par étape

Pour réduire le volume de ses déchets, Claire Sancelot recommande de procéder par étape. Voici quelques conseils:

Le sac à main: au lieu d’emporter une bouteille d’eau en plastique jetable, privilégiez une bouteille réutilisable. Même chose pour le gobelet à café, à remplacer par un gobelet hermétique réutilisable, et les mouchoirs en papier par des mouchoirs en tissu.

A la cuisine, remplacez les bouteilles d’eau en plastique par l’eau du robinet (éventuellement filtrée à l’aide d’une carafe filtrante), gardez les récipients en plastique pour y mettre vos sandwichs (et éviter de cette manière le papier aluminium), compostez vos déchets, imaginez de nouvelles recettes avec les restes de la veille, etc.

A la salle de bain, remplacez vos cotons démaquillant par des cotons en tissu lavables, etc.

Pour Claire Sancelot, ce changement dans les habitudes de consommation doit être considéré comme un jeu, à défaut de devenir une corvée. Au-delà de considérations purement écologiques, il s’agit par ailleurs d’un choix qui fait partie d’une philosophie de vie plus globale. « En réduisant ce que l’on possède et ce que l’on consomme, on économise, on attache moins d’importance aux choses et on vit mieux » , conclut-elle.

*** Copyright © Go Green Belgium – La copie partielle ou totale des textes et photos de ce blog est interdite ***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com.Déconnexion / Changer )

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter.Déconnexion / Changer )

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook.Déconnexion / Changer )

Connexion à %s